CFMS-blog-post

How does health fit into the post 2015 world?

by the Canadian Federation of MedicalStudents (CFMS) and the Fédération Médicale étudiante du Québec (FMEQ)

Starting with introductions, we’re pleased to introduce ourselves. We are part of the leadership teams of the Canadian Federation of MedicalStudents (CFMS) and the Fédération Médicale étudiante du Québec (FMEQ).

Our organizations represent the over 14,000 medical students within Canada. We work towards representing, advocating for and providing services to our many members. In some ways, we have very little in common as a team. In other ways we are exactly the same. We all came to medicine with different backgrounds and from different areas of the country. Kimberly is from the West; Claudel, a francophone from Quebec, and Neil from southern Ontario. Kimberly was an epidemiologist, Neil an engineer and Claudel directly jumps into medical school after completing her CEGEP. We are bound together by our common love for global health, appreciation of the broader context of illness, and current educational pursuits. It was this common bond that led us to address the United Nations in New York one

day in June.

Kimberly: Medical students are usually focused on what occurs within the Kimberlywalls of a hospital and not what lead the patient there in the first place. The reality is that hospitals were created to deal with sick patients, not healthy ones. But we see the critical shift in recognizing and working toward a broader conceptualization of health.

In June we all had the honor of being members of the International Federation of Medical Students’ Association (IFMSA) delegation to the 4th Open Working Group on Sustainable Development Goals (SDGs) at the United Nations in New York City. The conclusion of this meeting marked the halfway point for the Open Working Group’s 69-countries as they work towards presenting goals the United Nations General Assembly in 2014.

Claudel: We attended this meeting because we understand that global health claudeland development are tightly linked. As the Millennium Development Goals (MDGs) are coming to an end in 2015, the global community is looking for a new set of goals that will try to answer our changing world’s needs. The MDGs weren’t without flaws: many can argue those goals were developed without openness or inclusion. Others could highlight the failure of the indicators selected in capturing the complexity of the targets and the qualitative nature of the programs – enhancing the need of global health research in developing better health-sensitive indicators.

Sustainable development is made up of three pillars: environment, economy and social. To us, health is an issue that cuts across all of these pillars. As the successor to the Millennium Development Goals (MDGs), the SDGs will be the framework for global development policy for the next 15-30 years. It seems to be the key to solve global challenges of the 21st century, such as climate change and non-communicable diseases including mental health.

The SDGs are meant to be lofty universal goals. Unlike the MDGs, the SDGs are meant to apply to all countries, not just lower and lower-middle income countries. The goals are meant to be few in number and easy to understand, but must still provide actionable targets to direct donor and government efforts. The details of the goals themselves are perhaps less important than how success will be measured and how governments will be held accountable by their citizens.

Neil: There was a broad consensus at the United Nations meeting around theneil need for better data, especially around health and youth. There seemed to be an equal amount of confusion about what, exactly, makes data “better”. What this highlights is a keen need for high-quality research: What are the best indicators for health in development? How do we actually measure what we are trying to measure, rather than proxies? How do we measure it more often? How do we translate data into policy and programming? To answer these questions, research must be at the core of the SDGs alongside health.

All: It was also extremely interesting to see how youth is often referred to in global health and sustainable development talks, yet so little heard when it comes to decision-making. Youth are passionate and creative citizens, energetic and professional human beings. Our heads are filled with innovative ideas that need to be carefully listened to. The future we talk about starts now, and a vibrant and politically engaged youth is necessary to the success of the SDGs.

We hope that Canada’s global health research community can leverage its strength across the country to create innovative solutions to the complex problems of sustainable development. We also hope to see a better integration of global health research in medical faculties across the country. As future physicians we hope to be engaged members of this inter-disciplinary discussion. After all, health is more than just medicine.

Sincerely,

Claudel P-Desrosiers, Neil de Laplante, and Kimberly Golding Williams

 

We would also like to thank the other IFMSA Delegates who helped us to lobby for health – Mike Kalmus-Eliasz (United Kingdom), Anneleen Boel (Belgium), Rispah Walumbe (Nigeria) and Gerald Makuka (Tanzania), Laura Bertina (USA) and Dr. Aliye Runyan (USA).

Claudel is the President IFMSA-Quebec, Nell is the Former National Officer of Partnerships for the Canadian Federation of Medical Students, and Kimberly is the Vice-President Global Health for the Canadian Federation of Medical Students

Below is the speech that we made to member nations on June 19, 2013.

We are medical students from Canada and members of the International Federation of Medical Students’ Associations, which represents 1.3 million future physicians in over 100 countries.  We are speaking on behalf of the Major Group of Children and Youth.

We would like to thank the chair and the Netherlands, the UK and Australia for their powerful intervention yesterday morning on inclusion of youth in the SDG process.

During our medical training we have seen obese nine year-olds with high blood pressure, women my age with young children but no home and refugees suffering from post-traumatic stress disorder. In Canada, we have resources unavailable to many member states, but the problems we face still have their roots in inequity. The solutions, we hope, are also universal.

The Health Nexus side event discussed cases of women dying in childbirth in hospital because there was no surgical lighting. That is not a health problem, but it is a terrible health outcome. Like the Netherlands we have a newspaper headline: “Health is more than medicine”

The WHO’s Health in all Policies approach addresses the synergies that many member states have identified. Health in all Policies is the only way forward for the SDGs because good health is both an outcome and a determinant of successful development policy.

We echo the comments of France, Thailand, the WHO and many others that Universal Health Coverage is a worthy goal for the SDGs. However, Universal Health Coverage must be equally focused on three areas: equity, quality of care and access.

The delegates to the open working group have expressed a consensus that we need better development data and Dr. Rosling showed us yesterday how data can reveal hidden trends. However, even the best indicators are simplified proxies. Measuring outcomes more often, at least annually and eventually in real time, is critical.

Like Argentina and many others, we believe that we need to empower women and girls and provide broad access to sexual health education and family planning.

Like Benin we agree that climate change and health are inextricably linked. The health impacts of climate change disproportionately impact those least able to combat them.

Finally, this process will be a failure if youth are not fully engaged. Our voices are critical in the design of goals to promote equity and health in a post-2015 world. You will find us to be energetic, professional and full of new ideas, but we need your help to access the process. Young people are almost half of the world’s population, and it is our future.

La santé dans un contexte post-2015: quelle est sa place?

Il nous fait plaisir d’érire ces quelques lignes pour le blog de la Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale. Nous sommes trois étudiants activement impliqués au sein de la Fédération des étudiantes et étudiants en médecine du Québec (CFMS) et de la Fédération Médicale Étudiante du Québec (FMEQ), deux organisations regroupant plus de 14 000 étudiants en médecine à travers le pays. Notre mandat est de représenter, d’offrir des services et défendre les intérêts de nos membres.

Nous nous sommes orientés vers la médecine après avoir passé par des chemins très différents: Kim est une épidémiologiste de l’Ouest du pays, Neil un ingénieur du sud de l’Ontario, et Claudel une québécoise francophone rentrée directement en médecine après avoir complété un D.E.C Intégré. Certains pourraient dire que nous avons très peu en commun; pourtant, d’une certaine façon, nous sommes pareils. Nous partageons un amour pour la santé mondiale, une vision globale de la santé, et un cheminement éducatif qui nous unit fortement. Ce lien nous a permis de nous retrouver tous les trois au siège de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à New York en Juin afin de faire entendre notre voix.

Kimberly: Les étudiants en médecine sont de façon générale très orientés sur ce qui se passe entre les murs de l’hôpital, et non sur ce qui amène le patient dans nos milieux de soins. Ceux-ci ont été créés pour prendre en charge les patients malades, non ceux en meilleure santé.  Cependant, dans les dernières années, nous avons vu un changement important vers une approche plus globale de la santé qui s’insère parfaitement dans la vie du patient hors des milieux de soins.

Ainsi, en juin, nous avons eu la chance de faire partie de la délégation de la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine (IFMSA) à la 4e session des groupes de travail sur les objectifs de dévelopement durable (ODD) à l’ONU à New York. Cette rencontre marquait la moitié du chemin parcouru par les 69 pays du groupe de travail avant que les objectifs finaux soient présentés à l’Assemblée générale en 2014.

Claudel: Cette rencontre nous intéressait car nous comprenons le fort lien qui unit la santé mondiale au développement. Les objectifs de développement du millénaire (ODM) tirent à leur fin en 2015 et la communauté internationale est à la recherche d’une nouvelle série d’objectifs qui répondront aux enjeux de notre monde. Les ODM n’étaient pas sans failles et plusieurs critiqueront leur côté fermé et exclusif, leurs indicateurs incapables de mesurer la complexité du progès accompli et la nature qualitative des programmes. Cela renforce le besoin de développer de meilleurs indicateurs de progrès tenant compte de la santé des citoyens, d’où la demande d’un intérêt soutenu dans le domaine de la recherche en santé mondiale.

Le développement durable s’appuie sur trois piliers: l’environnement, l’économie et la société. Pour nous, la santé est un enjeu qui transcende ces piliers. En tant que successeurs des ODM, les ODD offriront un cadre de travail adopté universellement pour les politiques de développement global des 15 à 30 prochaines années. Ils semblent être une partie de la solution aux grands enjeux du 21e siècle, tels que les changements climatiques et les maladies non transmissible (incluant la santé mentale).

Les ODD doivent être universels. Toutefois, contrairement aux ODM, ils doivent pouvoir être applicables dans tous les pays et non seulement dans les pays à faible et moyen revenus. Les objectifs doivent aussi être de nombre limité, faciles à comprendre, mais tout en étant réalisables et capables de générer des fonds de la part de donateurs et des gouvernements. Les détails sur les objectifs mêmes sont peut-être moins importants que la façon dont le progrès sera mesuré et la redevabilité des gouvernements envers leurs citoyens sera assurée.

Neil: Il y avait un consensus général lors de la rencontre à l’ONU face au besoin d’avoir de meilleures données, particulièrement en ce qui a trait à la santé et à la jeunesse. Il y aurait une confusion partagée quant à ce qui définit ce que sont des “meilleures” données, illustrant la nécessité de recherches de haute qualité. Quels sont les meilleurs indicateurs pour la santé dans un contexte de développement? Comment pouvons-nous mesurer adéquatement ce que nous tentons réellement de mesurer? Comment mesurer plus fréquement? Comment pouvons-nous transformer les données obtenues en politiques et programmes? Pour répondre à ces nombreuses questions, la recherche doit occuper une place centrale dans l’approche “ODD” et de la santé.

Tous: C’était également très intéressant de voir comment la jeunesse était si souvent mentionnée, mais pourtant si rarement entendue lors des discussions sur le développement durable. Cette jeunesse est composée de citoyens passionnés et créatifs, d’êtres humains professionnels et énergiques. Des idées innovatrices meublent nos têtes. Le futur dont nous parlons commence aujourd’hui, et une jeunesse vibrante et politiquement engagée est nécessaire au succès des ODD.

Nous espérons que la communauté canadienne de recherche en santé mondiale sache tirer sa force des nombreux esprits créatifs et brillants à travers le pays, afin d’innover pour résoudre les questions complexes soulevées par le développement durable. En tant que futurs médecins, nous souhaitons être des membres engagés dans cette discussion inter-disciplinaire. Après tout, la santé est tellement plus que juste la médecine.

Sincèrement,

Claudel P-Desrosiers, Neil de Laplante, et Kimberly Golding Williams

 

Nous aimerions remercier les autres membres de la délégation d’IFMSA qui nous ont aidé à faire pression pour la santé: Mike Kalmus-Eliasz (Angleterre), Anneleen Boel (Belgique), Rispah Walumbe (Niger) and Gerald Makuka (Tanzanie), Laura Bertina (États-Unis) and Dr. Aliye Runyan (États-Unis).

Claudel est présidente d’IFMSA-Québec et vice-présidente des affaires internationales de la FMEQ. Neil est l’ancien officier national pour les partenariats de CFMS, et Kimberly est la vice-présidente pour la santé mondiale de CFMS.

Ci-dessous est le discours intégral prononcé le 19 juin 2013 devant les nations membres.

Nous sommes des étudiants en médecine du Canada et membres de la Fédération Internationale des Associations d’Étudiants en Médecine (IFMSA), qui représente 1,3 millions de futurs professionnels de la santé dans plus de 100 pays. Nous prenons parole au nom du Major Group of Children and Youth.

Nous aimerions remercier le président d’assemblée, ainsi que les Pays-Bas, l’Angleterre et l’Australia pour leur intervention résonnante hier matin au sujet de l’inclusion active de la jeunesse dans l’établissement des ODD.

Durant notre formation médicale, nous avons vu des enfants de neuf ans obèses et faisant de la haute pression. Nous avons vu des femmes de notre âge avec de jeunes enfants mais sans logement. Nous avons vu des réfugiés souffrant de chocs post-traumatiques. Au Canada, nous possédons plusieurs ressources non-accessibles à plusieurs membres d’état aujourd’hui présents. Toutefois, les problèmes auxquels nous faisons face proviennent de l’inéquité. Les solutions, nous le souhaitons, sont aussi universelles.

Nous avons discuté lors de l’évènement “Health Nexus” de femmes trouvant la mort lors de l’accouchement par manque d’éclairage chirurgical. En soi, ce n’est pas un problème de santé, toutefois son impact sur la santé est terrible. Cela renforce l’idée que la santé est plus que simplement de la médecine.

L’approche de “la santé dans toutes les politiques” adoptée par l’OMS fait écho à plusieurs remarques des membres d’état. La santé dans toutes les politiques est notre seule façon d’avancer avec les ODD, car une bonne santé est autant une conséquence qu’un pré-requis d’une politique de développement réussie.

Nous aimerions faire écho aux commentaires de la France, de la Thaïlande, de l’OMS et de plusieurs autres concernant la couverture universelle de soins (CUS) en tant que but dans les ODD. Il faut toutefois s’assurer que la CUS s’appuie sur trois principes: équité, qualité de soins et accès.

Les délégués au groupe de travail ont consenti que nous avons besoin de meilleures données pour mesurer le développement. Dr. Rosling a montré hier comment les données pouvaient révélés des tendances cachées. Cependant, il faut faire attention car même les meilleurs indicateurs sont parfois simplificateurs. C’est pourquoi il est nécessaire de mesurer plus souvent – au moins annuellement, et éventuellement en temps réel.

Comme l’Argentine et d’autres, nous croyons qu’il faut habiliter les femmes et jeunes filles, et leur donner accès à l’éducation sexuelle et à des ressources de planification familiale. Nous partageons avec le Bénin l’argument que les changements climatiques et la santé sont étroitement liés. Qui plus est, les impacts sur la santé des changements climatiques affecteront de façon disproportionnées ceux qui y ont le moins contribués.

Finalement, ce processus sera voué à l’échec, sauf si la jeunesse y est pleinement impliquée. Nos voix sont essentielles dans le développement des objectifs liés à la promotion de l’équité et de la santé dans le monde d’après 2015. Nous sommes énergétiques, professionnels et remplis de nouvelles idées, mais nous avons besoin de votre aide pour accéder aux plates-formes décisionnelles. La jeunesse constitue la moitié de la population globale, et il s’agit de notre futur.

Merci.

 

Learn more about the Canadian Federation of Medical Students

The Canadian Federation of Medical Students (CFMS) is the representative voice of Canadian medical students to the federal government, to the public, and to the national medical organizations. We are a group representing over 7,500 medical students at 14 Canadian medical schools from coast to coast. It is our mission to provide representation, services and communication within our membership from our membership to the world at large. We are an ever expanding organization which continually strives to meet the needs of Canadian medical students.

Tell Us Your Vision

Do you have different answers to the questions posed above? Or different questions to ask about the future of Global Health Research in Canada? Let us know! Respond below, on Twitter, on Facebook, or through our online Response Form.

We want you to contribute your voice to our Gathering Perspectives study! Click on the following link to tell us your vision for Canada’s role in global health research! Tell Us Your Vision.

To learn more about the Gathering Perspectives project, click here.

Author:

There is no additional info about this author.